Simon Johns, designer de l’ombre

Artiste, designer, homme des bois, Simon Johns imagine des meubles et éclairages aux inspirations multiples. Discussion à bâtons rompus avec un homme discret depuis son atelier dans une forêt de l’Estrie.

Simon Johns

designer

Simon Johns était l’un des Québécois présents à la design week de New York au printemps dernier, à la fois au salon Wanted Design Manhattan (à travers le collectif QC Design) et au très couru Sight Unseen Off Site. Sa crédence « Nebulae », aux portes noires iridescentes, et son miroir « Solis », en frêne noirci et laiton, l’ont propulsé sur la scène d’un design avant-gardiste.

C’est au hasard de la vie que Simon doit son activité de designer. Après un bac en arts visuels à Concordia, il s’installe dans un loft du Mile-End où il aménage un atelier de peinture et de sérigraphie punk. Peu à peu, on lui confie la fabrication de décors de vidéoclips (notamment de Pierre Lapointe), et il se met à dessiner du mobilier. Lorsqu’il rencontre sa compagne, il se laisse séduire par une meilleure qualité de vie, et achète, en 2008, une maison dans les bois à Bolton-Est, en Estrie, où il décide de créer des meubles et luminaires.

« Mes sources d’inspiration sont un peu teintées de mon passé, analyse Simon. Je puise par exemple beaucoup de choses dans l’imagerie de la musique, en particulier dans l’esthétisme de la scène rock underground dont j’ai fait partie. » La nature environnante se retrouve également dans certaines pièces du designer comme la lampe « Crystalline » dont la forme a été dictée à la fois par la minéralogie et le graphisme de pochettes d’albums.

Plusieurs compagnies d’architecture et de design d’intérieur font appel au savoir-faire de Simon. Il vient ainsi de mettre la dernière main à l’agrandissement des bureaux montréalais de Premium Beat (Shutterstock Music) avec la firme de design Jean de Lessard. On y retrouve ses tables, étagères et de nouveaux luminaires gigantesques dont une version sera disponible pour les particuliers cet automne. Le designer planche entre autres sur du mobilier pour un projet de la firme Provencher_Roy et sur une installation expérimentale à l’hôtel Gladstone pour le Toronto Design Offsite Festival de janvier prochain.

Pour l’instant, la collection de Simon Johns est uniquement disponible sur commande ou sur sa boutique en ligne. 

comments powered by Disqus